21.1.17

Le point sur mon blog

Dorénavant, de fortes raisons de santé m'empêchent d'alimenter mon blog aussi souvent que je l'aurais voulu.

De ce blog, si quelqu'un l'a aimé, il lui restera des posts que je n'aurai pas le temps de réunir en un ou plusieurs livres.

J'ai tâché que mes lecteurs ne perdent pas leur temps en le lisant, mais que tout soit instructif.

Les sujets qui me semblent vraiment traités originalement et que mes lecteurs ne trouveront pas ailleurs sont en particulier (je rassemble mes souvenirs):

- L'ordre public universel et l'ordre public français
- La laïcité de l'État (cardinal Bertone)
- La liberté religieuse
- des sujets historiques (Chevalier de la Barre, Templiers, Inquisition etc.)
- Dans l'actualité, la dénonciation de l'incroyable malhonnêteté de la magistrature française
- la critique de l'ordre public frelaté de 1941-1948 (la loi doit être la même pour tous, distinction de l'ordre historique, de l'ordre de la moralité, de l'ordre juridique et à l'intérieur de celui-ci de l'ordre du droit pénal de celui des autres droits).

Ceux qui l'auront aimé trouveront encore d'autres sujets.

Bien sûr il y a très peu d'idées véritablement originales (sauf sur la critique de l'ordre juridique de Nürnberg), car je m'inspire de la doctrine des papes. Mais comme l'écrit Pascal, la balle n'est pas nouvelle, mais "Je place la balle autrement". C'est mon originalité.

N'étant d'aucun parti, d'aucune école, je suis pour la vérité et la justice universelle. Le vrai, le beau, le bien.

21 janvier 1793, assassinat de Louis XVI

Testament du Louis XVI du 25 décembre 1792:

« Au nom de la très Sainte Trinité, du Père, du fils et du Saint Esprit. Aujourd’hui vingt-cinquième de décembre mil sept cent quatre vingt douze.
Moi, Louis, XVIème du nom, Roi de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris, par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille. De plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n’ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m’adresser. Je déclare ici en sa présence, mes dernières volontés et mes sentiments.
Je laisse mon âme à Dieu mon créateur, et je le prie de la recevoir dans sa miséricorde, de ne pas la juger d’après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus Christ qui s’est offert en sacrifice à Dieu son Père, pour nous autres hommes, quelque indignes que nous en fussions, et moi le premier.
Je meurs dans l’union de notre sainte Mère l’Église Catholique, Apostolique et Romaine, qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de Saint Pierre auquel Jésus-Christ les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l’Église, les Sacrements et les Mystères tels que l’Église Catholique les enseigne et les a toujours enseignés. Je n’ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d’expliquer les dogmes qui déchirent l’Église de Jésus-Christ, mais je m’en suis rapporté et rapporterai toujours, si Dieu m’accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Sainte Église Catholique, donnent et donneront conformément à la discipline de l’Église suivie depuis Jésus-Christ. Je plains de tout mon coeur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ suivant ce que la charité Chrétienne nous l’enseigne.
Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés, j’ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester et à m’humilier en sa présence, ne pouvant me servir du Ministère d’un Prêtre Catholique. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j’ai d’avoir mis mon nom, (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l’Église Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de coeur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s’il m’accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d’un Prêtre Catholique, pour m’accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence.
Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense à personne), ou à ceux à qui j’aurais pu avoir donné de mauvais exemples ou des scandales, de me pardonner le mal qu’ils croient que je peux leur avoir fait.
Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés.
Je pardonne de tout mon coeur à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en aie donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle mal entendu, m’ont fait beaucoup de mal.
Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma Soeur, mes Tantes, mes Frères, et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang, ou par quelque autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter des yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma soeur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa grâce s’ils viennent à me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable.
Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux ; je lui recommande surtout d’en faire de bons Chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Éternité. Je prie ma soeur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s’ils avaient le malheur de perdre la leur.
Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir donnés dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher.
Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu’ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissants de tous les soins et les peines qu’elle se donne pour eux, et en mémoire de moi. Je les prie de regarder ma soeur comme une seconde mère.
Je recommande à mon fils, s’il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment, et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve. Qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Lois, mais en même temps qu’un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son coeur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement, étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile.
Je recommande à mon fils d’avoir soin de toutes les personnes qui m’étaient attachées, autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c’est une dette sacrée que j’ai contractée envers les enfants ou les parents de ceux qui ont péri pour moi, et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu’il y a plusieurs personnes de celles qui m’étaient attachées, qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l’ingratitude, mais je leur pardonne, (souvent, dans les moment de troubles et d’effervescence, on n’est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s’il en trouve l’occasion, de ne songer qu’à leur malheur.
Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m’ont montré un véritable attachement et désintéressé. D’un côté si j’étais sensiblement touché de l’ingratitude et de la déloyauté de gens à qui je n’avais jamais témoigné que des bontés, à eux et à leurs parents ou amis, de l’autre, j’ai eu de la consolation à voir l’attachement et l’intérêt gratuit que beaucoup de personnes m’ont montrés. Je les prie d’en recevoir tous mes remerciements ; dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître.
Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation, si je ne recommandais ouvertement à mon fils MM de Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi avait portés à s’enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recommande aussi Cléry des soins duquel j’ai eu tout lieu de me louer depuis qu’il est avec moi. Comme c’est lui qui est resté avec moi jusqu’à la fin, je prie MM de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposés au Conseil de la Commune.
Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. J’ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur coeur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser.
Je prie MM de Malesherbes, Tronchet et de Sèze [ses avocats], de recevoir ici tous mes remerciements et l’expression de ma sensibilité pour tous les soins et les peines qu’ils se sont donnés pour moi.
Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant Lui, que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancés contre moi. »


(via Jeune-Nation)

On reste ébloui devant la modération et l'élégance de ce testament d'un grand chrétien.

On comprend aussi André Chénier qui voulait cracher sur les noms et pétrir dans leur fange les monstres "barbouilleurs de lois" qui empêchaient un homme de pratiquer sa religion au nom de la liberté !

La vindicatio fait partie la justice. La faute entraîne la peine. 

13.1.17

Un grand classique judiciaire français

Lu sur le site du Parisien (via François Desouche):

« L’ancien maire adjoint PS d’Argenteuil et ex-conseiller de François Hollande devait être jugé en appel pour abus de bien sociaux ce jeudi et vendredi à Paris. Un procès qui n’a pas pu avoir lieu : la faute à la disparition étonnante des notes d’audience du jugement de première instance d’octobre 2015. »

Un grand classique de la magistrature et des greffes corrompus...

Disparition de dossiers, vols de dossiers.

La cour d'assises de Nîmes (magistrats ou greffe ?) m'avait volé un dossier d'indemnisation. Déclaré "perdu" par les magistrats corrompus.

Pourquoi se gêner ?


La franc-maçonnerie et les femmes

(via Égalité et réconciliation)

Petite émission de propagande exclusivement laudative en faveur du recrutement de la secte maçonne.

Au frais du contribuable, cela va sans dire. Car Antenne 2 est financée par le contribuable.

On ne saura rien de la liste des maçonne. Qui est maçonne ? Des noms, nous y avons droit car nous voulons savoir à qui nous parlons.

Les services fiscaux sont pourris, les magistrats sont pourris, la télé est pourrie.

Rendez l'argent !

L'assassinat dans la logique du socialisme

Mon précédent post est titré "socialistes assassins !"

L'assassinat est dans la logique du socialisme. Si l'homme n'est qu'un rouage de la machine d'État qui le dépasse, alors on peut l'assassiner s'il empêche la machine de fonctionner.

Si l'homme en revanche est d'une éminente dignité: son destin est en Dieu. N'importe qui qu'il soit, il est sacré pour les autres hommes. Nul ne peut le sanctionner sans avoir observé les formes  notamment sans l'avoir entendu. Au moins entendu.

Nos magistrats socialistes ou gaullistes (ou démocrates-chrétiens) ne voient aucun inconvénient à sanctionner un homme sans l'avoir entendu en sa défense, ou, bien pire le tuer.

J'ai déjà écrit sur ce thème. Par exemple ici.

Plus profondément, il est logique que dans un système de culpabilité collective irréfragable (accord du 8 mais 45 prévoyant la condamnation pénale des personnes morales, avec impossibilité sérieuse  pour les membres déclarés "coupables" de par ce texte de se défendre, voire simplement d'exprimer leurs points de vue), que dans ce système de non-droit qu'est le système de 1941-1945, on en vienne à assassiner par l'intermédiaire de spadassins payés par le trésor public...

À remarquer que les socialistes ne sont pas les seuls assassins d'État. Les catholiques gaullistes, les démocrates-chrétiens ne sont pas en reste...

Il est donc bien plus probable d'aller chercher l'origine de ces pratiques dans l'idéologie "anti-nazi" et "anti-fasciste", ces abominations.

Socialistes assassins !

Lu sur le site du Figaro sur les débats de la "primaire" de gauche:

« S'ils ont tous [les candidats de gauche] validé le principe des «opérations Homo», les sept prétendants à l'investiture socialiste ont regretté que le chef de l'État ait confié des informations classées secret défense à des journalistes du Monde. »

Ces candidats à la candidature sont:

Valls,
Benhamias,
Montebourg,
Hamon,
Pinel, (candidate)
de Rugy,
Peillon

Sales assassins ! Vous tuez les enfants dans le ventre de leur mère par millions, vous tuez arbitrairement, mais vous poussez de cris hystériques pour la peine de mort. Gros et sales pervers !

J'ai la nausée.

Saloperies innommables ! Fils du diable !

Je rappelle que j'ai posté plusieurs textes sur les Assassins de la République.

Je constate que, hélas, hélas, hélas, Jean-Frédéric Poisson est, lui aussi, favorable aux assassinats ciblés.

Décidément je ne suis ni gaulliste, ni socialiste, ni démocrate-chrétien, ni communiste, ni lepeniste !

Je désapprouve haut et fort tout assassinat ciblé ou non ! Égalité ! Nous ne valons pas plus que les djihadistes. Nous ne valons pas plus que les victimes des services homicides la "République" infâme.

Égalité, légalité, constitutionnalité, droits de l'homme !

12.1.17

Wildenstein, la relaxe

Lu sur le site du Point (via F Desouche)


Naturellement, le dossier Wildenstein reste en réalité secret. Mais je note:

« Le fisc, alerté par deux veuves en secondes noces qui s'estimaient lésées, leur a adressé un redressement de plus d'un demi-milliard d'euros, qui fait encore l'objet d'un contentieux civil. »

Dans la beaucoup plus modeste affaire de La Suriane, le fisc, lui, a fait payer l'hériter pauvre et illégalement exclu au profit du riche Marie-Laure Merlin. Voir mes posts sur la question ici par exemple.

Là aussi deux poids et deux mesures car si j'avais été riche, nul doute que cette affaire n'en serait pas là.

Le président a tout de même déclaré:

« Il a reconnu que cette décision de relaxe pouvait donc être « incomprise », mais l’a expliquée par des lacunes de l’enquête et des déficiences législatives en matière de lutte contre la fraude fiscale. »

A beau parler qui vient de loin. Comme cette affaire reste secrète sur le plan juridique, le magistrat peut dire ce qu'il veut.

Il reste que une équipe composée de dizaines d’agents du fisc, de policiers spécialisés, de magistrats d’instruction a tout est examiné à la loupe. Les milliards de la "famille" Wildenstein. 

Tous des cons !

Cela illustre le fait que les magistrats peuvent, d'un trait de plume, effacer des centaines de milliers d'heure de travail. 

C'est tout de même très étonnant cette relaxe parce que la définition du délit de fraude fiscale est très large. Elle ne va pas s'interroger sur les trusts dont la France connaîtrait l'existence ou non. Elle va aux fait matériels quelle que soient les qualifications juridiques civiles qu'aient pu leur donner les délinquants. Les arguments du magistrats relaxeur sont très curieux.

La Suriane, dissimulation massive du chiffre d'affaires (Affairiste Marie-Laure Merlin)



Tout ça pour... 191,77 € par mois.

Sans compter l'arrêt du criminel Chalumeau.

2 400 hectolitres de vins, soient 240 000 litres de vin. Soient 320 000 bouteilles. Si on compte la bouteille à 5€ en moyenne, on arrive soient 1 millions six-cent mille euros de chiffre d'affaires par an (en ce non-compris l'huile d'olive, le blé, la chasse, le tourisme etc.) Mais il y a des bouteilles beaucoup dont le prix de vente est supérieur à 5 €... jusqu'à plus de 12 euros... J'estime que le chiffre d'affaire réel soit dépasser 2 millions d'euros. Donc, il doit y avoir dissimulation du bénéfice annuel de l'ordre de 1 500 000 €.

Bizarre, l'affairiste Marie-Laure Merlin et ses complices de la cour d'appel d'Aix-en-Provence trouvent normal un chiffre d'affaire de environ 600 000 € par an. Les services fiscaux et le tribunal administratif malhonnêtes ne trouvent de temps que pour attaquer celui qui est privé de ses biens par la malhonnête magistrature française.

Retour sur la photo du Domaine de Suriane (l'affairiste Marie-Laure Merlin dirigeante et passagère clandestine magistrateuse)

À bien observer la photo prise d'un drone des bâtiments du domaine de Suriane, on voit d'une part qu'une bonne parties des bâtiments ne figurent pas sur la photo : la cave, la bergerie (transformée en cellier), les porcheries etc.

Mais ce que l'on voit au premier plan installé devant le cellier de vente, c'est un grand bungalow touristique.

La Suriane a donc une activité touristique. Dont les résultats ne semblent pas figurer sur les comptes à dormir debout de la nommée Marie-Laure Merlin, la grosse affairiste bien introduite dans l'ignoble cour d'appel d'Aix-en-Provence.

Si un de mes bienveillants lecteurs trouve trace de cette activité sur les comptes de la société civile d'exploitation agricole La Suriane, qu'il veuille bien m'en informer.

Malhonnêtes magistrats français

Voici ce que la cour d'appel d'Aix-en-Provence a trouvé normal de "louer" 191,66 € par mois en rajoutant 500 000 € de réparation par son arrêt abominable du 24 juin 2008.

Regardez donc, photo prise par drone probablement, une partie des bâtiments (manquent au moins la cave et les porcheries, sans compter le moulin de Merveille qui fait partie de la propriété). Il manque en plus toute la terre agricole dont de la vigne (AOC coteau d'Aix-en-Provence) et des oliveraies, terre à blé etc.

191,66 € par mois ! Et Chalumeau qui y ajoute 500 000 € de capital en fraude des impôts ! Bravo Chalumeau ton audace maçonnique est sans borne. Sale pourriture de magistrat français malhonnête !